Optimiser son téléphone

Bonjour à tous, et bienvenue pour ce nouvel article !

Aujourd’hui, on se retrouve pour aborder une épineuse question que vous vous êtes tous déjà posés au moins une fois dans vos vies (s’il vous plaît, ne me contredisez pas) : comment optimiser votre bien aimé téléphone portable pour gagner en autonomie et en espace de stockage. Parce que comme vous le savez (surtout si vous avez déjà lu notre magnifique article théorique) , aujourd’hui, le gros de la pollution numérique vient du renouvellement trop rapide des terminaux. Tout conseil que l’on peut vous donner pour améliorer leur durée de vie est donc bon à prendre (pour vous) et à donner (pour nous)… d’où cet article !

Ah, une dernière petite chose avant d’entrer dans le vif du sujet (promis, après, on passe vraiment aux questions qui vous intéresse 😁) : cet article s’adresse principalement aux utilisateurs d’Android. Cela n’empêchera pas les utilisateurs d’IOS de trouver ici quelques astuces intéressantes, mais comme les possibilités de personnalisation d’un Iphone sont extrêmement réduites, une bonne partie de nos trucs n’y sont pas applicables. D’ailleurs, en parlant de possibilités de personnalisation, on vous recommande vivement, si ce n’est pas déjà fait, d’activer les Options pour Développeur d’Android, qui vous permettront de profiter pleinement de ce qui va suivre (si vous ne savez pas comment faire, c’est pas compliqué du tout et c’est ici)

II) Mémoire :

Commençons par la question que vous attendez tous : celle de la mémoire du téléphone, la plaie des ordiphones d’entrée de gamme. Puisqu’on est à Sciences Po et qu’on aime bien utiliser des termes techniques, on rappellera que cette mémoire se divise en deux composantes : la ROM (Read Only Memory), qui constitue un disque dur dans lequel votre téléphone pourra aller chercher des données lorsqu’il en aura besoin, et la RAM (Random Acess Memory), une mémoire vive, où plusieurs données sont stockées et utilisées en même temps, ce qui permet à votre ordiphone d’être multi-tâche (et lui donne donc, une bonne partie de son utilité) : plus vous aurez d’espace sur votre RAM, plus votre téléphone pourra faire tourner d’applis et effectuer d’actions complexes. RAM comme ROM peuvent très vite se retrouver très vite confrontée à des limites, que nous allons tâcher de vous aider à surmonter.

1) La ROM :

Plus assez de place pour installer une appli pourtant essentielle sur votre appareil ? On a (presque) tous déjà été confronté à ce problème. Une fois faite l’acquisition d’une carte SD (que vous pouvez éventuellement faire fusionner avec la mémoire interne de votre smartphone, pour ne former plus qu’un seul grand disque dur), les possibilités d’améliorations sont limitées, mais heureusement, pas inexistantes.

Pour évaluer vos priorités, il ne vous restee plus qu’à vous rendre dans la section Stockage, des paramètres de votre téléphone, pour voir ce qui vous prend le plus de place. S’il s’agit des films et des vidéos, malheureusement, il n’y a pas aujourd’hui de solutions miracles. Envoyer toutes vos données dans le cloud peut-être une option, mais on revient au problème des datacenters et de la pollution générée. Certaines solutions d’hébergements restent toutefois plus éthiques que d’autres et nous reviendrons là-dessus dans un prochain article (si vous voulez en être informé, faire le nous savoir à notre adresse mail : wasabi@asso-sciences-po.ovh). Si vous n’avez pas la force d’attendre jusque-là, l’idéal reste de tout transférer sur un autre appareil avec une meilleure mémoire (oui, on parle bien de votre ordinateur). Vous pouvez aussi aborder le problème amont, en réduisant la résolution des photos (ou encore en préférant des contenus moins gourmands en données, l’audio à la vidéo).

Pas grand-chose à faire de ce côté-là, donc. Par contre, lorsque l’on passe aux applications, les possibilités se multiplient : il est relativement simple de faire le tri. Dans le menu application, dans les paramètres, vous pouvez voir toutes vos applications actuellement installées, et leur poids respectif. En cliquant sur l’une d’elles, vous pouvez aussi bien les désinstaller, que vider leur cache, ou effacer leurs données. Rappelons simplement que vider le cache consiste à supprimer les informations relatives à vos précédentes connexions, qui permettent simplement aux applications de se lancer plus vite (vous ne perdez donc pas grand-chose à vider un cache, si ce n’est un peu de rapidité au démarrage). Effacer les données est nettement plus contraignant, et peut renvoyer votre application à son état d’origine.

Une fois fait le tri dans vos applications, et désinstallé celles que vous n’utilisez pas. Vous pouvez vous débarrasser de certaines des données qu’elles produisent (et que vous n’utilisez pas) à l’aide d’une application tierce. Sur ce créneau, l’appli Clean Master, domine le marché, mais de nombreux concurrents existent.

Une fois votre premier tri effectué, vous devrez vous être rendus compte que certaines applis viennent bien vous compliquer la tâche : les bloatwares (littéralement, logiciel qui enfle). Il s’agit de toutes les applications pré-installées par le fabricant, et dont vous ignorez, la plupart du temps, jusqu’à l’existence. La plupart du temps, elles ne servent strictement à rien, si ce n’est à pomper vos données personnelles. Comble du bonheur, ces petits chefs d’œuvre de technologie sont conçus pour ne pas pouvoir être désinstallés simplement. Heureusement, sur Android, quelques solutions existent. Une fois que vous avez désinstallé les mises à jour de ses applications, effacé leurs données, vidé leur cache et désactivé leur fonctionnalité, il est encore possible de rooter votre téléphone. Cette procédure, au nom barbare, est censée vous donner les droits d’administration de votre téléphone. C’est tout à fait légal, et ça devrait vous permettre de désinstaller toutes les applications dont vous ne voulez plus. Un petit risque toutefois : si vous désinstallez par erreur une application essentielle au fonctionnement de votre téléphone… eh bien c’est dommage pour vous, parce qu’il n’est pas du tout évident de revenir en arrière, et la garantie ne s’applique pas pour les opérations effectuées sous root. À utiliser avec parcimonie donc, seulement quand vous êtes sûrs d’être confrontés à une appli vraiment inutile. Pour plus d’informations sur le sujet, on vous conseille cet article.

Si une fois éliminé l’inutile, vous n’êtes toujours pas satisfait du résultat, il ne vous reste plus qu’à optimiser l’utile. Une assez large partie des applications que vous utilisez existe en version allégée (ou light, si vous tenez à le faire à l’américaine). Avec le projet Android Go, l’essentiel des applis Google peuvent être remplacées par des versions nécessitant nettement moins d’espace de stockage. Sachant que vous pouvez aussi très bien changer complètement d’application (parce que Google, ça a d’autres limites) et passer chez des éditeurs au contenu directement allégé (par exemple, dans le domaine de la navigation mobile, on pourra recommander Fierfox Focus, en remplacement de Chrome).

Si vous voulez aller encore plus loin, vous pouvez toujours choisir d’utiliser la version web de vos applications. Cela fonctionne particulièrement bien pour les réseaux sociaux : plutôt que d’avoir l’appli autant passer par le navigateur pour les consulter. Certes, vous perdez les notifications (ce qui n’est d’ailleurs pas forcément un mal), mais l’économie de ROM est réellement significative.

2) La RAM :

Ceci étant dit, passons à la RAM. Autant vous le dire tout de suite, cette partie sera nettement plus courte que la précédente. Parce que si vous avez déjà suivi toutes les recommandations données ci-dessus, les capacités de votre téléphone ont déjà dû significativement s’améliorer. Sans bloatware et autres applis inutiles occupées à tourner en arrière plan, tout devrait mieux se passer… reste que vous pouvez aller encore plus loin !

Pour cela, une petite évaluation s’impose de nouveau. Rendez-vous dans vos paramètres, dans l’onglet Applications, puis dans En cours d’exécution. Vous devriez alors voir quelles applications sont en train d’utiliser votre RAM, et vous pourrez assez facilement désactiver/ remplacer les plus gourmandes. Désactiver les notifications des applications qui n’ont aucune raison d’en envoyer peut aussi être pratique, ça leur évitera de tourner en arrière plan pour rien. Dans le même genre, désactiver la localisation peut se révéler être une très bonne idée.

Ceci fait, d’autres pratiques d’optimisations sont possibles, notamment au niveau du launcher de votre ordiphone. C’est bête à dire, mais les widget et les fonds d’écrans dynamiques, même si c’est classe, ça consomme. Donc autant les éviter.

Dans la même veine, il est possible, sur Android, de désactiver les animations Android dans les options pour développeur (choisissez désactiver dans échelle animation des fenêtres, échelle anim transition, et échelle durée transition).

III) Batterie :

Nous en avons (enfin) fini avec la mémoire, passons à la batterie de votre bien aimé ordiphone. Elle nous pose deux problèmes principaux : son autonomie et sa durée de vie (donnée essentielle depuis que les fabricants de téléphone ont, pour la plupart, rendu la batterie inamovible). Ces deux dimensions sont bien évidemment étroitement liées, et les solutions permettant d’optimiser l’une impactent souvent l’autre, mais par souci de simplification, on les traitera dans deux sous-parties distinctes (parce qu’à Sciences Po, on aime les sous-parties).

1) Autonomie :

Commençons par ce qui vous intéresse le plus : comment permettre à votre téléphone de fonctionner le plus longtemps possible entre deux charges ?

Vous commencez à en avoir l’habitude, nous allons faire un petit tour dans vos paramètres Android, dans onglet Batterie, et la section Utilisation batterie. Vous devrez alors voir quelles sont vos applications les plus gourmandes en énergie Normalement, c’est l’écran qui devrait arriver en tête, et d’assez loin. Il reste, heureusement, relativement simple de limiter son activité. En baissant la luminosité, bien sûr, mais aussi en favorisant des couleurs sombres (qui nécessiteront très peu de ressources pour être affichées) pour votre fond d’écran, comme pour vous applications (nombreuses sont celles à proposer aujourd’hui un thème sombre dans les paramètres). Pour les plus motivés d’entre vous, il est même possible de passer votre téléphone entièrement en noir et blanc (ce qui demeure la solution la plus efficace). Sous Android, dans les options pour développeurs, il vous suffit d’aller dans Simuler l’espace monochromatique, puis Monochromatie… et c’est tout ! Cet article revient sur le fonctionnement de l’opération sur IOS, ainsi que sur ses avantages (au-delà de l’économie d’énergie) potentiels.

Pour les autres applications, vous devez logiquement avoir déjà considérablement optimisé votre téléphone avec la première partie de ce tutoriel. Moins la RAM est utilisée, et moins vos applis recourent à des notifications / localisation, mieux c’est.

Mais quitte à limiter les fonctionnalités utilisées par vos téléphones, autant le faire à fond et penser à ne pas recourir à des fonctionnalités de connexion inutiles lorsque vous n’en avez pas besoin. C’est bête à dire, mais l’usage de la 4G, que l’on a tendance à laisser allumer en permanence est extrêmement énergivore, alors qu’il suffit de quelques secondes pour la rallumer. On peut même aller encore plus loin avec le mode avion, qui coupe toute communication et départ d’onde de votre ordiphone. L’idéal étant bien sûr d’éteindre votre appareil lorsque vous ne l’utilisez pas pendant quelques heures (lorsque vous êtes trop captivés par deux heures de cours de M. Godard pour vous concentrer sur quoi que ce soit d’autre), ce qui ne vous fera pas perdre beaucoup de temps, mais assurément gagner énormément d’autonomie.

2) Durée de vie :

Ceci dit, une fois l’autonomie de votre ordiphone optimisée, l’idée est de la faire tenir dans la durée. Car si l’autonomie des batteries a été multipliée par 2 depuis 2010 (ce qui ne se voit pas forcément, car nous leur demandons plus), leur durée de vie a en moyenne diminué.

Et si vous deviez déjà maîtriser la plupart des points que nous avons abordés dans cet article, la question de l’optimisation de la durée de vie est souvent mal maîtrisée. Une des seules astuces connues par (à peu près) tout le monde, et de faire des charges les plus longues possibles, en partant d’un téléphone presque à court d’énergie pour remonter jusqu’à 100 %… et le pire, c’est que cette unique astuce est fausse ! Elle fonctionne très bien pour les batteries nickel-cadmium, mais elles ont quasiment disparu du marché, remplacées par les batteries lithium-ion. Or, ces dernières se retrouvent considérablement abîmées lorsqu’elles se rapprochent des valeurs extrêmes, 0 et 100 % (et fortement endommagées lorsqu’elles y restent longtemps, notamment lorsque vous laissez votre téléphone branché alors qu’il est intégralement chargé). L’idéal est de rester autant que possible entre 30 et 60 % de batterie, et d’effectuer des charges régulières.

On peut ensuite se poser la question du chargeur que vous utilisez. Lorsque vous acquérez votre ordiphone, la notice doit indiquer un ampérage optimal pour favoriser sa charge. Logiquement, le chargeur fourni par défaut doit correspondre à cet ampérage, mais vous pouvez assez facilement le remplacer par n’importe quel autre chargeur, du moment qu’il a les mêmes caractéristiques (que vous trouverez inscrit sur sa tête). Par contre, un chargeur à l’ampérage trop différent pourra endommage votre batterie… ce qui explique pourquoi il est fortement déconseillé de recharger votre téléphone en USB, sur votre ordinateur. La solution peut parfois être tentante, mais l’ampérage par défaut est souvent tellement bas qu’il risque, sur le long terme, d’endommager fortement votre batterie.

Dans le même genre, éviter les chargeurs à charge rapide. S’ils peuvent vous recharger intégralement votre ordiphone en très peu de temps, il s’agit essentiellement d’une solution court-termiste, qui va nuire aux performances de votre appareil sur le long terme.

Un dernier point mérite d’être abordé : la température. Globalement, les batteries n’aiment ni le chaud, ni le froid. Aussi, si vous pouvez éviter de les confronter à des températures extrêmes, leur durée de vie devrait s’en voir améliorée. Cela n’est pas forcément facile, mais si vous êtes par exemple habitués du camping, emmitoufler votre appareil dans des vêtements chauds pendant les nuits froides (ou même investir dans une poche dédiée à cet effet) peut se montrer intéressant.

Ce problème de chaleur explique qu’une utilisation trop intensive de votre téléphone, qui le fera chauffer, peut-être néfaste pour la batterie. À ce titre, il est assez déconseillé d’utiliser votre ordiphone pendant qu’il charge, cela peut, sur le long terme, entraîner des baisses de performance.

Conclusion :

Et voilà. Nous en sommes à la fin de cet article. Un peu long, mais on l’espère complet (et si vous pensez que ce n’est pas le cas, les commentaires sont là pour ça 😉). On vous souhaite une bonne fin de journée, et on vous retrouve très bientôt pour de nouvelles infos croustillantes !

Sisyphe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *