Module 2

Nous l’avons vu dans notre premier module, au sein du numérique, deux principaux pôles sont responsables de 75 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur : l’usage de la vidéo et le renouvellement des terminaux

Devant l’ampleur pris par ces deux points, que nous qualifions d’urgence climatique, nous avons choisi de leur dédié un module entier de notre formation. Ce qui est tout sauf exagéré : il faut comprendre que si votre asso ne commence pas par travailler très sérieusement (et radicalement) sur ces deux dimensions, les autres changements qu’elle pourrait mener se révéleraient trop peu significatifs pour impacter durablement votre emprunte carbone numérique (désolé, c’était notre petit point culpabilisation 😁).

Mais comment améliorer vos pratiques dans ces deux secteurs bien précis ? C’est ce que nous allons maintenant voir !

1) La production des Terminaux

On l’a vu dans notre premier module : la production des terminaux (téléphone, ordinateur, montre connectée…) nécessaires pour accéder à internet est à celle seule responsable de 50 % des émissions de gaz à effet de serre du numérique !

Et pourtant, vous avez du mal à voir comment votre association pourrait agir sur cette thématique. Assez vraisemblablement, vous ne disposez même pas d’un terminal dédié à l’asso… et pourtant, sans le savoir, vous avez un impact indirect sur la durée de vie de tous les terminaux qui entreront en contact avec vous !

Cet impact nous vient des logiciels que vous faites le choix d’utiliser. En effet, à l’origine du renouvellement des terminaux se trouvent souvent des logiciels trop gourmands en ressource, qui incitent leurs utilisateurs à opter pour des téléphones/PC plus modernes. Ainsi, si vous utilisez des outils trop lourds, voire utilisant des formats de fichier illisibles sur des appareils anciens (problème d’interopérabilité), vous poussez indirectement vos membres (et parfois même simplement ceux qui voudraient suivre votre communication) à renouveler leur parc informatique.

Utiliser des logiciels légers, libre, et maintenu dans la durée se révèle donc un acte particulièrement écolo… et heureusement pour nous, le module 3 de cette formation sera justement dédié à la présentation de logiciels de ce type, couvrant tous les besoins possibles et imaginables pour une asso (vous avez vu à quel point on a bien préparé notre coup 😁)

Ceci dit, peut-être que votre association est déjà propriétaire d’un PC, et que vous vous demandez quoi en faire pour améliorer son emprunte carbone.

Alors, pour le coup, on va jouer cash, mais la meilleure solution est très certainement… de vous en séparer. C’est peut-être un peu radical, mais la multiplication de terminaux qui servent finalement, très peu, nuit grandement à l’environnement. Si vous ne sortez votre PC que quelques fois par an, demandez-vous si l’usage que vous en faites ne pourrait pas être réglé avec les terminaux déjà possédés par les membres de l’asso. Si c’est le cas, n’hésitez pas à le revendre, voire à le donner à un organisme intéressé (sur Grenoble, on a une antenne Emmaüs Connect, et vous pourrez trouver des points de collecte grâce au site d’Ecosystem, pour éviter la production inutile d’un nouvel appareil : il s’agit de l’un des actes au plus fort impact que vous pouvez accomplir.

Et même si votre appareil se révèle finalement indispensable, on a plein de petites astuces pour vous aider à améliorer sa durée de vie. On les a toutes réunies ici, sur un article de notre blog WASABI.

2) La lecture de vidéo

Passons maintenant à la vidéo, un contenu responsable de plus de 50 % des émisisosn des gaz à effet de serre lié au web.

En effet une vidéo c’est du son + des dizaines d’image à la seconde ce qui en fait un format extrêmement lourd. Ce format est pourtant massivement sollicité de nos jours que ce soit sur Youtube, sur netflix ou lors des réunions en visio. Pourtant il n’est parfois pas f d’utiliser le format vidéo.

Le streaming et les vidéos en ligne augmente cet impact en multipliant le nombre de format stocké dans les serveurs. Petit article sur l’impact des vidéos en ligne.


En ce qui concerne les visioconférence la solution peut déjà être de basculer sur un format audio qui consomme beaucoup moins (celui-ci pouvant être accompagné de slide pour un support visuel) et si la réunion requiert une partie visuelle pourquoi ne pas l’organiser en vrai maintenant que les régles de distanciation s’assouplissent. Des plateforme libre plus optimisés comme Mumble propose des réunion audio et permet de diffuser du contenu audi.

Plus simplement il est possible de couper la caméra lors des réunions Zoom, Teams ou google meet ce qui réduite déjà grandement la consommation de données… voire de profiter d’applis qui proposent directement des salons vocaux, comme Discord.

Et du côté de votre production associative (notamment de la retransmission des lives) vous pouvez très sérieusement vous poser la question de l’intérêt de la vidéo. C’est bête à dire, mais lorsqu’une asso de l’IEP retransmet une conférence, bien souvent, le son se suffit très bien à lui-même. Jouer sur le format podcast peut-être une bonne idée.


Si il est impossible de se passer du format vidéo plusieurs solutions sont possibles pour limiter la consommation de données.D’abord la réduction de la taille des vidéos que vous publiez, pour limiter les données utilisées en les partageant. C’est assez simple, comme en atteste ce guide fourni par the Shift Project.

Ensuite, vous pouvez recourir, pour publier votre contenu, à des plateformes alternatives à Youtube. On vous propose ici Peer Tube qui utilise un système de pair par pair limitant les données stockés, tout en offrant une plateforme décentralisé plus respectueuse des données personnelles.  

Une présentation détaillé et un guide d’utilisation sont disponible sur le blog WASABI.


Merci d’avoir suivi ce module et n’hésitez pas à poser des questions dans le forum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *