Améliorer la durée de vie de ses terminaux :

Bonjour à tous ! Et bienvenu pour ce nouvel article de note blog WASABI ! Aujourd’hui, nous nous attaquons à un sujet clef lorsque l’on parle de numérique et d’écologie : celui de la durée de vie des terminaux (téléphone, tablette, ordinateurs…). On le sait (surtout si vous avez lu notre fantastique article théorique sur le sujet) : plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serres du numérique (soit 2 % du total des émissions mondiales) nous vient de la production des outils que nous utilisons pour accéder au web. Pour diminuer l’impact environnemental du numérique, une solution s’impose rapidement comme la plus efficace : faire durer ses terminaux plus longtemps !

Et heureusement, de très nombreuses astuces existent pour aboutir à ce résultat, et ce, à chaque instant du cycle de vie de votre appareil !

Vous mourrez d’envie de les connaître ?

Ça tombe bien, Agir a prévu de vous les dévoiler dans les paragraphes qui suivent 😁

I) Acheter responsable :

1) Rationaliser sa consommation :

Commençons par le commencement :l’achat de votre terminal !

Avec dès le départ, une question à vous poser : ai-je réellement besoin d’un nouvel appareil ? Ne pourrais-je pas très bien me passer d’une montre connectée, ou d’une tablette tactile ?

On sait, pour beaucoup d’entre vous, cette question relève du simple bon sens, et vous trouvez les écolos carrément relous de vous la poser toutes les 5 minutes.Mais dans le cadre du numérique, elle devient plus que jamais essentielle. Et ce, à cause d’une innovation récente : la 5G.

Si cette nouvelle technologie est en effet, dans l’absolu et flux de données équivalent, moins consommatrice que la 4G (très légèrement), cet avantage sera, selon les experts, très largement contrebalancé par ce que l’on appelle l’effet rebond : en clair une technologie certes un peu moins énergivore, mais qui va autoriser une telle croissance de la consommation qu’elle entraîne finalement une augmentation des émissions de gaz à effet de serre de secteur.

Et du côté des terminaux, cela va se traduire, d’une part, par un renouvellement massif du parc téléphonique, d’autre part, par un essor sans précédent des objets connectés. Ces derniers risquent d’être particulièrement mis en avant au cours des années à venir, accentuant la pression déjà colossale qui pèse sur les terres rares.

D’où la nécessité, face à la vague d’incitation annoncée à recourir à de nouveaux produits, de raisonner sa consommation.

2) Le choix du reconditionné :

Ceci étant dit, il est bien sûr des cas dans lesquels l’achat d’un nouveau terminal se révèle absolument nécessaire. Dans ce cas, l’idéal pour la planète (et accessoirement, pour le porte-monnaie) est de recourir à un appareil qui a déjà été utilisé, en passant par l’occasion ou le reconditionné.

2) Le choix du reconditionné :

Ceci étant dit, il est bien sûr des cas dans lesquels l’achat d’un nouveau terminal se révèle absolument nécessaire. Dans ce cas, l’idéal pour la planète (et accessoirement, pour le porte-monnaie) est de recourir à un appareil qui a déjà été utilisé, en passant par l’occasion ou le reconditionné.

Dans tous les cas, cette solution sera moins énergivore que la production d’un nouveau terminal. Mais attention : même si le reconditionné est toujours bénéfique, tous les fournisseurs ne se valent pas ! Évidemment, si votre appareil a fait un petit détour par une usine chinoise plutôt que d’être réparé directement dans un petit atelier français, en termes de transport, ce n’est pas la même chose.

Pour mieux vous repérer dans la jungle des terminaux reconditionné, on vous conseille donc cet article de Reporterre.

3) Se repérer dans les marques éthiques :

Et si vous tenez absolument pour une raison x ou y (voire w) à acheter un terminal neuf, les solutions existent. D’une part, du côté de la production, certains constructeurs sont clairement plus responsables que d’autres (on vous invite à lire cet article si vous voulez en savoir plus).

D’autre part, certains fabricants optimisent dès la conception la durée de vie de leurs appareils, en assurant notamment une forte réparabilité. Dans ce domaine, chez les téléphones, la marque fairphone domine. Et chez les ordinateurs, on pourra notamment mentionner la marque why.

Si vous voulez vous repérer par vous-mêmes, entre ces deux critères, lorsque vous achetez votre appareil, plusieurs labels peuvent vous y aider. Et pour vous aider à vous aider à mieux comprendre le fonctionnement de ces labels, on ne peut que vous conseiller cet article.

Un dernier petit conseil éthique : le site Produits Durables qui comporte une large base de données sur la durabilité des terminaux.

II) Conserver son terminal le plus longtemps possible :

Une fois faite l’acquisition de votre terminal, il ne vous reste plus qu’à le faire durer le plus longtemps possible. Cela passe par plusieurs choses. D’une part, même si l’on y pense peu souvent, par les logiciels que vous utilisez. Certains nécessitent bien plus de ressources que d’autres pour fonctionner, et si vous ne faites pas attention, vous pouvez très vite vous retrouver contraints de mettre au placard votre appareil après une mise à jour trop gourmande.

Ce problème est d’autant plus considérable que les principaux fournisseurs de système d’exploitation (Microsoft, Apple, Google (pour Android)…) ont une fâcheuse tendance à surcharger leurs logiciels en y ajoutant des blotware (littéralement, logiciels qui enflent). Pour faire court, il s’agit logiciels qui ne vous serviront sans doute jamais, mais qui ont été ajoutés là à la suite d’accords commerciaux ou de la volonté du fabricant de faire une razzia sur vos données, et dont l’activité en arrière-plan en vient à diminuer considérablement les performances de votre appareil.

Pour lutter contre ce problème, nous avons conçu un article spécialement dédié à l’optimisation de téléphone (qui contient en prime quelques petites infos sur les moyens d’améliorer l’autonomie de sa batterie). Pour ce qui est des PCs, nous n’avons encore rien écrit… heureusement, le site Produits Durables a déjà réalisé ce travail !

Mais si votre vieil ordinateur commence à montrer des signes de faiblesse, le plus simple est sans doute de changer de système d’exploitation (sous peine de voir une mise à jour Windows finir de l’achever). Il existe des distributions Linux alternatives, particulièrement légères, capables de redonner une seconde vie tout en demeurant simple d’utilisation (vous en trouverez un petit listing ici). L’installation peut être complexe pour un néophyte, mais si vous avez envie d’essayer(n’hésitez pas à nous le faire savoir à : wasabi@asso-scicens-po.ovh), on essayera d’organiser des ateliers en présentiel pour vous y aider.

Ceci dit, il suffit de la défection d’une simple pièce pour ruiner tous vos efforts… d’où l’importance des réparateurs de terminaux ! On pourra par exemple citer Save pour les téléphones et L’atelier du portable pour les ordinateurs (on ne vous cite que les plus connus, mais rien ne vous empêche de chercher un petit réparateur prêt de chez vous 😉).

III) Finir sa vie en beauté :

Mais parfois, rien n’y fait : un incident fâcheux fait que votre terminal ne peut définitivement plus correspondre plus à vos besoins, et vous êtes obligés de vous en séparer… mais pas de panique ! Vous pouvez encore lui permettre de réussir sa fin de vie en beauté, voire lui accorder une petite résurrection…

D’une part, premier conseil : faite quelque chose de votre terminal inutilisé ! Cela peut paraître évident, mais portant, selon Ecosystem, 100 millions de téléphones inutilisés dorment dans les tiroirs des Français, sans aucun autre usage que la décoration. Avis à tous les procrastinateurs : ne vous dite pas que vous allez vous occuper de votre téléphone demain, il risque de ne jamais plus servir à rien…

Ce qui serait bien dommage, car il pourrait encore rendre de très nombreux services !. Vous pouvez bien sûr le revendre, voire le donner, à des organismes qui seront capables de le réemployer pour en faire bénéficier les plus démunis. Sur Grenoble même, l’antenne d’Emmaüs Connect sera ravie de bénéficier de vos terminaux pour leur donner une seconde vie. Et si c’est simplement un téléphone que vous devez recycler, vous pouvez aussi l’envoyer directement par la poste à l’organisation Ecosystem.

Ultimement, si votre terminal est vraiment en trop mauvais état pour être réutilisé, vous pouvez enfin le recycler. Cela ne doit intervenir qu’en dernier recours, tant les techniques de recyclage sont aujourd’hui peu efficaces (voir à ce sujet notre article théorique), mais c’est toujours mieux que rien. Pour les téléphones, ça ne change pas de la procédure précédente, Ecosystem acceptera toujours vos envois par la poste. Pour les ordinateurs, c’est un peu plus compliqué, mais là encore, Ecosystem a un site dédié au sujet !

Conclusion :

Et voilà ! Ça fait beaucoup d’infos d’un coup, mais on espère qu’elles vous ont été utiles !

Sur ce, à bientôt pour un nouvel article !

1 réflexion sur “Améliorer la durée de vie de ses terminaux :”

  1. Ping : Module 2 – WASABI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *